Conclusion

La théorie Kaluza-Klein est un développement très intéressant et d’une grande élégance géométrique pour l’unification de l’électromagnétisme et de la gravité. Cette étude, loin d’être exhaustive, a permis d’expliquer la base de cette construction topologique-physique ainsi que des objets particuliers bourgeonnants de celle-ci, un intérêt particulier porté sur les monopôles magnétiques engendrés. Plusieurs expériences importantes ont été réalisées sur le sujet

Cette théorie, datant du début du vingtième siècle et ressurgissant dans ses dernières décennies, a amené beaucoup de particularités très excitantes pour le développement de modèles de la physique des particules. Elle est toutefois possiblement plus une charmeuse pour les physiciens théoriques qu’une véritable base solide pour faire des prédictions. Les monopôles magnétiques n’ont jamais été observés et une certaine expérience décrite dans la dernière partie de ce travail démontre l’impossibilité de prouver cette cinquième dimension.

Même malgré sa simplicité et les doutes parfois lancés à son égard, le modèle décrit dans ce travail eut des répercussions très positives. L’idée de base de Kaluza et les ajustements de Klein permirent de faire avancer le domaine de l’unification et de secouer un peu les paradigmes et le confort de la plupart des physiciens pratiquant dans ce milieu. Ce fut une théorie amenant de nouvelles tentatives pour l’explication des monopôles ainsi que précurseur à des théories plus modernes, telle la description la matière noire. Une compréhension du modèle d’unification Kaluza-Klein et des concepts qui y sont amenés permet une base solide pour quiconque souhaitant se lancer dans l’étude de théories plus moderne telles la théorie des supercordes et GUT (Grand Unified Theory). La théorie est un grand pas dans le parcours périlleux de l’unification des forces qui débuta avec Faraday et continue encore de nos jours vers une ligne d’arrivée toujours loin à l’horizon.

Vincent Méthot 2013-05-01